• Passer des enfants de maternelle à des collégiens, ça peut parfois donner ça :

         *Madame, pourquoi vous avez du rouge là ?*

         *Oh c'est juste un bobo*

         *Un bobo ? Vous dites encore bobo ???!!!!*

    (avec le regardquivaavecdugenrewhaaamapauvredame)

    Ne pas oublier d'adapter son langage


    votre commentaire
  • S., élève de 5e, habituellement plutôt agitée. Matinée d'inspection. Comportement plus qu'exemplaire.

    Je la croise dans les couloirs un peu plus tard dans la journée et lui indique qu'elle s'est vraiment bien investie et comportée pendant l'heure. Ce à quoi elle me répond :

    * Vous avez vu Madame, j'ai été bien hein ??!! C'est parce qu'il y avait l'inspecteur ;) *

    Oh oui ils sont attachiants. Mais vraiment parfois attachants.


    votre commentaire
  • (Bataille quotidienne pour avoir un semblant de matériel de géométrie chez mes élèves. Par matériel de géométrie j'entends : un crayon de bois, une gomme, une règle.)

    - Mardi, l'inspecteur vient dans la classe pour voir comment on travaille, alors ce serait vraiment bien que vous ayez tous votre matériel de géométrie.

    - Oh c'est bon madame, c'est pas le roi non plus !


    votre commentaire
  • L'eau ; un des problèmes majeurs de la planète.

    Mais cette année, j'ai appris que l'eau pouvait poser aussi de petits problèmes au sein de la classe.

    Etant la professeure d'arts plastiques sur les 4 niveaux, parmi les 3 classes dédiées à la SEGPA, j'ai hérité de celle ayant un robinet. Utile pour laver les palettes remplies de peinture ! Hmmm. Mais à côté de ça.. avoir un robinet dans sa classe c'est s'exposer quasi quotidiennement à :

     

    -Madame est-ce que je peux aller boire ?

     

    A force de répéter inlassablement la même chose, la parade a été l'affichage d'une réponse automatique :

    Le problème de l'eau

     

    ...Réponse automatique, ça oui ! Mais intégration de la réponse par certains élèves, non automatique.

     

    Situation n° 2 : M. rentre dans la classe après la récréation et va boire au lavabo sans rien demander à personne.

    -M. tu retournes à ta place, si tu veux boire tu attends la prochaine sonnerie, sinon il fallait y aller pendant la récréation.

    -OHHHH VAZY C EST BON ON N'A RIEN LE DROIT DE FAIRE ICI JE ME CASSE !!!!

     

    (claquement de porte)

    (bruits de lancement de sac à dos dans le couloir)

    (coups sur la porte)

     

    Suite à ces quelques désagréments sonores, je réouvre la porte et trouve M. très énervé, qui commence à se diriger vers l'escalier qui donne sur la cour. Comme nous sommes au 2e étage et que cette porte est interdite aux élèves, je juge rapidement la situation :

     *laisser mes élèves en classe et rejoindre M. pour lui demander de rentrer dans le couloir

     *laisser M. dehors qui, vu son état d'énervement, pourrait potentiellement se sauver, se faire mal, sauter du 2e étage... qui sait.

    J'envoie donc une élève chercher un assistant d'éducation et choisis de laisser mes élèves 2 minutes seuls dans la classe, à "sortir leur carnet et leur cahier" pendant que je vais voir M. toujours dehors et en colère.

    - M. j'entends bien que tu es en colère parce que tu avais soif et que je ne t'ai pas autorisé à aller boire, tu as le droit d'être en colère mais il y a cette règle à respecter en classe.

    - Non mais c'est bon c'est nul, moi j'avais soif, de toute façon je peux rien faire dans ce collège.

    - Ecoute, je vois bien que tu es contrarié, alors tu peux prendre un temps pour te calmer, mais je voudrais que tu reviennes dans le couloir car je ne peux pas te laisser seul ici.

    - Non mais moi je bougerai pas et puis en plus, pendant que vous êtes là avec moi, bah si ça se trouve eux là bas ils sont en train de boire dans la classe.

    (...)

    Il faudrait presque que je m'excuse de ne pas avoir le don d'ubiquité !

                                   

     


    votre commentaire
  • Au collège, il y a les élèves, nos chers élèves qui peuvent légèrement se montrer parfois irrespectueux.

    Mais un élève, qu'est-ce ? Un élève n'est autre que le fruit d'une fusion entre deux personnes qui s'aiment très très fort (ancienne instit' de maternelle ne l'oubliez pas !).

     

    Hum, hum. Bon là on a la théorie version le monde des bisounours. Non parce que bon entre la théorie et la pratique, on sait bien il y a parfois un petit écart. Que dis-je, un fossé. Quoi ? Un gouffre ? Peut-être un gouffre. D'ailleurs à ce propos, connaissez-vous le site qui vous donne les chiffres du divorce en direct et qui va même jusqu'à pousser le concept à donner le chiffre des divorces depuis le temps que vous êtes connecté sur le site. Non ? Moi, uniquement depuis que j’ai commencé à écrire cet article, je vous rassure. Mais comme je sens votre curiosité pointer le bout du nez, ça se passe par là : http://www.planetoscope.com/lamour/1062-nombre-de-nouveaux-divorces-en-france.html . (48 401 à cet instant précis)

     

    Je m’égare ? Mais complètement. Je disais donc qu’un élève est par essence même un enfant. Qui dit enfant dit parents. Parents ? Vous avez dit parents ?

     

    Et bien là, voilà, c’est comme partout. Les parents de nos élèves sont des adultes. Pour certains, très bienveillants, impliqués dans la scolarité de leur enfant et qui sont de précieux appuis pour nous, enseignants. Mais là où j’exerce, nombre d’élèves sont issus de milieux défavorisés, dans lesquels il peut arriver que le rapport de la famille à l’école soit très compliqué (parents qui ont été eux-mêmes en échec scolaire, parents qui ont peur de ce que les enseignants peuvent dire de leur enfant …)

     

    Et parfois et bien…ça donne ça :

     

    * (Echange écrit par l'intermédiaire du carnet de correspondance)

    - Madame, je tiens à vous informer que S. est très grossière depuis une semaine.

    - Oui, mais aussi c'est parce que N. la cherche et l'embête

    - Madame, si S. a des soucis sur le temps scolaire avec N. elle doit en parler à un adulte, mais cela ne peut pas justifier les grossièretés qu'elle dit pendant les heures de cours.

    - Oui mais bon si on cherche ma fille c'est normal qu'elle se défende.*

    PE : 0 - Maman : 1

    Maman : 1 - Sa fille S. : 1

    S. : 1 - PE : 0

    Impact des remarques de PE sur S. : 0

    Mais le réel perdant dans l'histoire, malheureusement, c'est S.

     

    *- Madame, si nous avons voulu vous recevoir aujourd'hui, c'est parce que la scolarité de L. devient compliquée. Nous voudrions donc, ensemble, essayer de trouver des solutions.

    - Bah c'est bon si c'est ça je la change de collège*

    Réaction communément appelée "la fuite".

    Mais là aussi, le réel perdant dans l'histoire, malheureusement, c'est L.

     

     

     (Cahier de correspondance de F., mot de Mme Z.) :

    * F. n’a pas fait sa punition car je ne suis pas fournisseuse de feuilles à punitions. *

    Score ressenti par F : 1 - PE : 0

    Mais là encore, le réel perdant dans l'histoire, malheureusement, c'est F.

     

    (Rencontre parents-professeurs pour la remise des bulletins)

    * - Voilà le bulletin de G. En mathématiques, G. a des difficultés, même si des efforts ont quand même été constatés.

    - Ah ma fille ! T'inquiète pas, moi aussi j'étais nul en maths ! Encore pire que toi ! *

    Du coup, on fait quoi ? On ouvre la bouteille de champagne pour fêter ça ?


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique